Recherche

Accueil du site > La pluriactivité > Comment s’organiser ? > La Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC)

La SCIC : un outil adapté à la pluriactivité

Date de publication : 27 août 2012

Avec la crise financière, le statut de coopérative est souvent cité en exemple pour faire face aux turbulences économiques planétaires. L’adaptation des coopératives à l’évolution de la société a fait émerger de nombreuses structures. Dernière née du mouvement coopératif, la SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) a aujourd’hui le vent en poupe. Depuis le 22 mars 2012, les SCIC n’ont plus besoin d’un agrément préfectoral pour être créées. Ce statut, né il y a 10 ans, séduit de plus en plus de collectivités publiques. L’intérêt réside dans l’association de plusieurs acteurs (salariés, usagers, fournisseurs, clients, associations, particuliers, collectivités publiques) autour d’un projet territorial. A l’inverse des SEM (Société d’Economie Mixte) et des GIP (Groupement d’Intérêt Public) qui limitent la représentation des acteurs privés.

Le statut coopératif SCIC permet de créer des biens et des services qui répondent à des besoins collectifs en mobilisant les ressources économiques et sociales du territoire : création d’emplois, relocalisation d’activité économique...

D’après la confédération générale des SCOP, pour 40 % des SCIC, une collectivité territoriale, au moins, est sociétaire. Avec 280 SCIC, c’est 2,33 structures qui se créent par mois en France depuis 10 ans.

La multiplicité des acteurs, partie prenante, implique une certaine lourdeur administrative qui bien qu’elle garantit une certaine stabilité, rend les processus de décision plus longs.

Preuve que ce statut séduit les collectivités, la Région Rhône-Alpes est entrée dans le capital de la filiale ENERSCOOP (fournisseur d’électricité).

Plus d’informations sur les SCIC : http://www.les-scic.coop/sites/fr/les-scic/

© pluriactivite.org - 2005-2007 - Mentions légales - Réalisation Spip